1/ Définition

Les ligaments croisés  : qu’est-ce que c’est ?

Le genou possède 4 ligaments principaux : deux ligaments latéraux, et deux ligaments centraux qui se « croisent » et que l’on nomme les ligaments croisés.

photo anatomique vue de derrière qui met en évidence la localisation des ligament du genou et la localisation de la rupture du ligament croisé du genou

Nous avons, pour chaque genou, un ligament croisé antérieur (LCA) et un ligament croisé postérieur (LCP).

Dans la grande majorité des cas, c’est le ligament croisé antérieur qui se rompt.

Mécanismes de rupture du ligament croisé

Un mouvement de torsion mal contrôlé ou d’extension excessive du genou peut provoquer une rupture de ligament croisé. Il s’agit donc d’un traumatisme. Il s’accompagne parfois d’un craquement.

La rupture intervient lorsque les muscles autour du genou ne sont pas suffisamment toniques et vigilants au moment de la blessure.

Voici les trois situations provoquant la rupture du ligament croisé antérieur :

  • Valgus, flexion, rotation externe
  • Varus, flexion, rotation interne
  • Extension brutale

Il n’est pas rare de constater des ruptures sur des chutes anodines et non violentes.

Douleurs et symptômes 

Suite à ce mouvement traumatique, le genou s’inflamme. Ceci est tout à fait normal, il s’agit là d’un processus physiologique naturel qui participe à la cicatrisation. 

La douleur est souvent vive et instantanée. Elle oriente généralement la personne vers un avis médical et des examens complémentaires. Cependant, elle peut parfois être plus modérée, le médecin n’est donc pas toujours consulté. 

On retrouve donc, le plus souvent, les symptômes classiques de l’inflammation :

  • douleur
  • gonflement (oedème)
  • rougeur
  • chaleur locale

Une fois la phase inflammatoire terminée, d’autres symptômes apparaissent comme la sensation d’instabilité. Le genou paraîtra notamment particulièrement instable lors des activités sportives.

En cas de doute, consultez un médecin compétent qui saura vous orienter vers la bonne conduite à tenir.

Cas particulier de la rupture partielle du ligament croisé

Le ligament ne se rompt pas toujours complètement. Il arrive que seules certaines fibres soient lésées. On parle alors de rupture partielle

Dans ce cas, le LCA se retrouve quand même fortement fragilisé et pourrait se rompre totalement au cours d’un traumatisme futur. 

Une rééducation spécifique est nécessaire pour améliorer vos capacités musculaires. Le genou est moins bien stabilisé par les ligaments, il doit donc être mieux maintenu par les muscles !

2/ Explications

Que voit-on à la radiographie ? A l’IRM ? 

photo d'un irm de genou et présentation de la position exact de la rupture du ligament croisé du genou par un médecin docteur

La radiographie montre l’état des os et du cartilage. Elle permet de savoir s’il y a, ou non, une fracture osseuse associée. 

L’IRM ou le scanner sont utilisés pour observer l’état des ligaments (ligaments croisés ou ligaments latéraux) et les ménisques

Une fois le diagnostic posé, il faut répondre aux questions suivantes :

  • Quel est le degré d’instabilité du genou ? 
  • Risque-t-il de se subluxer lors d’un mauvais mouvement ? 

Pour y répondre, les tests du GNRB, KT1000 ou Telos sont de plus en plus utilisés. Ils mesurent avec précision le degré de laxité du genou (laxité du tibia par rapport au fémur) et indiquent s’il est nécessaire ou non d’opérer.

Peut-il y avoir d’autres lésions associées ? 

1/ Les ménisques

Le ménisque interne est plus souvent atteint que le ménisque externe. Lors de l’opération du ligament croisé, le chirurgien peut alors intervenir sur le ménisque lésé. 

photo vue de dessus de l'anatomie de l'appareil musculo-squelettique du genou qui met en évidence une rupture du ménisque et une lésion du ligament croisé du genou

2/ Les ligaments collatéraux

Le ligament latéral interne (plus fréquent) ou externe peut également être touché (entorse). Les cas de ruptures totales de ces ligaments sont extrêmement rares.

3/ Le cartilage

Lors du traumatisme, le cartilage est parfois impacté fortement ce qui peut provoquer des lésions (craquelure, légères fissures…)

En quoi consiste l’opération ?

Le principe de l’opération chirurgicale est de remplacer le ligament croisé rompu par un tendon. 

Plusieurs techniques chirurgicales peuvent être envisagées :

Le DIDT et le DT4 sont les techniques les plus pratiquées actuellement. Elles utilisent les tendons des muscles ischio-jambiers.

photo vue arrière qui met en évidence en rouge la position des muscles ischio-jambiers pour expliquer leur rôle de protecteur dans les ruptures de ligament croisé du genou
  •  Le KJ (Kenneth Jones) utilise une partie du tendon du muscle quadriceps, sous la rotule.
photo anatomique 3D des différentes structures musculaires et tendineuses qui maintiennent et qui protègent le genou et la rupture du ligament croisé du genou
  • Les techniques utilisant une partie du fascia lata (Macintosh, Lemaire).
photo anatomique 3D du bassin et des jambes qui montre où se situe le fascia lata et son implication biomécanique dans la protéction du ligament croisé du genou

Les opérations sont, la plupart du temps, effectuées sous arthroscopie. Le chirurgien réalise de petites ouvertures à travers lesquelles il glisse une caméra et des outils lui permettant d’opérer. Les cicatrices sont discrètes et les suites opératoires simplifiées.

L’acte chirurgical dure moins d’une heure et se fait sous anesthésie locale ou générale. Il s’agit d’une opération courante. Le retour au domicile est envisageable le jour même ou bien le lendemain.

Après l’opération, le genou reste douloureux pendant 1 à 2 semaines. Vous marcherez avec des cannes et une attelle pendant 2 à 3 semaines.

Quelles sont les risques sur le long terme ?

  • Sans opération

Lorsqu’un genou instable est fortement sollicité (sports de pivot), il risque de s’user prématurément (arthrose du cartilage et dégradation des ménisques).

De temps à autre, sur un faux mouvement, une dislocation (subluxation) peut être ressentie.

Sur le long terme, ces instabilités peuvent engendrer une dégradation générale du cartilage et des structures péri-articulaires.

photo anatomique musculo-squelettique 3D qui montre la zone de diffusion des douleurs autours de la rotule en cas de rupture de ligament croisé du genou
  • Après opération ou après rééducation

Après une opération ou un traitement fonctionnel (rééducation) bien mené, le genou ne devrait pas souffrir d’instabilité. 

Cela réduit donc considérablement le risque d’usure prématurée du genou sur le long terme.

Complications post-opératoires bénignes 

  • Perte de sensibilité légère au niveau de la peau à proximité de la cicatrice :

Cette insensibilité inquiète souvent les patients mais n’est pas du tout gênante à terme. Celle-ci est causé par la section de petites terminaisons nerveuses lors de l’opération. La sensibilité revient le plus souvent avec le temps.

  • Douleur, manque de force et raideur du genou :

Ces signes sont tout à fait classiques après une opération du genou. Le temps et le travail rééducatif permettent de retrouver une articulation stable et parfaitement mobile.

  • Hématome (« bleu ») à l’arrière du genou et/ou à l’intérieur de la cuisse : 

Pendant l’opération, des saignements peuvent en effet se propager autour de l’articulation et descendre le long de la jambe. Selon leur importance, l’hématome va mettre une à quatre semaines pour disparaître totalement.

Ces complications sont tout à fait classiques et sans gravité.

Complications post-opératoires plus graves

Certaines complications nécessitent une visite médicale en urgence :

  • Une infection est malheureusement possible lors de l’opération. Le chirurgien et son équipe respectent des consignes d’hygiène très strictes mais le risque zéro n’existe pas. Pendant les premiers jours post-opératoires, si vous avez de la fièvre, que vous êtes anormalement fatigué et que vous observez un écoulement au niveau de votre cicatrice, n’attendez pas et demandez l’avis d’un médecin ou appelez votre chirurgien en urgence.
  • Une phlébite peut également être une complication grave. Il s’agit d’un caillot de sang se formant dans une veine de la jambe. Si ce caillot se décroche et vient boucher l’artère pulmonaire (entre coeur et poumons), votre sang ne peut plus se recharger en oxygène. Ce phénomène est appelé embolie pulmonaire. Il s’agit donc d’une urgence vitale. Pour éviter tout risque de phlébite, le chirurgien prescrira des anticoagulants et des bas de contention.

Notre conseil : Surveillez attentivement les signes cliniques suivants pendant les 10 premiers jours

après l’opération :

  • Signes de phlébite : mollet douloureux (ou sensation désagréable d’oppression), chaleur locale, gonflement et raideur.
  • Signe d’embolie pulmonaire : gêne respiratoire, vague douleur thoracique, accélération du rythme cardiaque, angoisse globale

Fort heureusement ces cas sont rares mais doivent être connus avant une opération. En cas de doute, n’hésitez pas à appeler un médecin. 

Mon genou sera-t-il moins solide qu’avant ?

Le chirurgien remplace votre ligament rompu par un tendon solide. 

Juste après l’opération, ce néo-ligament n’est pas innervé (il n’envoie pas ou peu d’informations sensitives), et pas vascularisé (absence de réseau sanguin artères-veines). L’organisme va lentement l’assimiler comme faisant partie intégrante du corps. Il va progressivement l’innerver et le vasculariser. 

Au total, sa transformation complète prend près de 3 ans. Sa structure présente alors une solidité supérieure à l’ancien ligament !

Vous retrouverez donc un genou solide mais le processus de récupération total prend du temps.

Evolution du néo-ligament après l’opération

Heureusement, vous n’êtes pas obligé d’attendre 3 ans pour reprendre vos activités sportives ! Au lendemain de l’opération, le ligament est tout de même très résistant. 

Cette résistance diminue pendant les trois premiers mois post-opératoire. Période pendant laquelle vous devez donc rester vigilant et attentif. Une mauvaise chute pourrait affecter votre transplant.

Une fois ce délais passée, la résistance mécanique du ligament augmente progressivement. Vous devez quand même suivre une rééducation sérieusement pour reprendre le sport dans de bonnes conditions. 

On considère que le ligament est suffisamment solide un an après l’opération pour pouvoir reprendre le sport en compétition. 

Sur le plus long terme, si vous avez suivi rigoureusement votre rééducation, vous ne penserez plus à votre genou et vous pourrez pratiquer vos activités sportives comme avant.

3/ Durée du traitement

Que se passe-t-il après l’opération ? Les différentes étapes de votre rééducation

  • Vous pourrez probablement rentrer chez vous le jour même de l’opération. Ce dispositif appelé « opération en ambulatoire » est le plus souvent pratiqué aujourd’hui. Assurez-vous qu’un proche puisse vous accompagner pour votre retour chez vous. 
  • Pendant la première semaine après l’opération, le genou est souvent douloureux. Le chirurgien prescrira des anti-inflammatoires ou antalgiques pour calmer la douleur. Généralement, celle-ci s’atténue à partir d’une semaine après l’opération.
  • Un pansement recouvrira la cicatrice pour la protéger. Un(e) infirmier(e) s’occupera des soins de la cicatrice et du pansement. 
  • Pour éviter tout risque de phlébite, vous devrez porter des bas de contention pendant 1 à 2 semaines.
  • Vous utiliserez des béquilles pour vous déplacer car le genou ne sera pas suffisamment solide pour soutenir le poids du corps. Lors des premiers jours, deux béquilles seront nécessaires. Rapidement vous pourrez en prendre qu’une seule.
photo d'un jeune homme qui marche avec des béquilles et une attelle de zimmer d'immobilisation pour se soigner de sa rupture de ligament croisé antérieur du genou droit
  • Vous porterez également une attelle pour maintenir le genou. Vous serez contraint de la porter chaque fois que vous marcherez. Vous pourrez cependant l’enlever régulièrement dans la journée pour laisser le genou libre de temps à autre.
photo d'un ensemble d'attelle de genou articulé qui montre l'efficacité du soutien et du maintien de ce dispositif pour protéger et laisser cicatriser le ligament croisé après sa rupture
  • La rééducation commence dès les premiers jours après l’opération. Vous retrouverez progressivement un peu de souplesse sur votre genou mais il restera malgré tout relativement faible. Vous ne pourrez pas conduire une voiture pendant minimum 1 mois après l’opération.
  • A partir de la 3ème semaine, vous pourrez enlever l’attelle même en marchant. Dans un premier temps, vous ne ferez que quelques pas chez vous. Par la suite, vous enlèverez l’attelle même pour sortir marcher à l’extérieur sur de plus grandes distances (généralement pas avant 3 semaines – un mois après opération).
  • Un mois après l’opération, vous marcherez à peu près normalement sans canne et sans attelle. En revanche, monter et descendre les escaliers sera toujours une épreuve éprouvante pour vous.
  • La natation en battement de jambe (pas de brasse dans un premier temps) est généralement recommandée à partir du 3e mois. De même, l’utilisation de palmes n’est pas recommandée en début de rééducation car cela sollicite le genou de manière importante. 
  • Vous pourrez courir à partir du 4ème mois après l’opération. 
photo d'un jeune sportif qui reprend la course à pied sur la plage à côté de la mer et montre que l'on peut reprendre la course après une rupture de ligament croisé antérieur de genou avec de la rééducation
  • Les sports plus intenses comme le football, le tennis, le basketball, le handball, le ski etc pourront être repris très progressivement à partir de 6-8 mois après l’opération. Vous porterez alors une genouillère pendant plusieurs semaines que vous enlèverez par la suite. Les contacts avec l’adversaire ne sont pas conseillés avant le 9ème mois. Vous reprendrez par des entraînements légers dans un premier temps. 
  • Il est conseillé de ne reprendre le sport en compétition (contacts, forte intensité…) qu’environ un an après l’opération.

Quand faut-il se faire opérer ? 

photo d'une équipe de chirurgien qui opère un patient d'une rupture de ligament croisé de genou

Il n’y a pas d’urgence à opérer un ligament croisé. Il est tout à fait envisageable d’attendre plusieurs mois ou plusieurs années. Les sportifs professionnels se font opérer sans attendre car ils veulent reprendre la compétition le plus rapidement possible. Cependant, si vous n’êtes pas sportif de haut niveau, il est préférable d’attendre que le genou dégonfle et que l’inflammation diminue. 

Aborder l’opération avec un genou gonflé, douloureux, qui manque de mobilité et de force rend les suites post-opératoires plus difficiles.

Quels sont les facteurs orientant ou non vers une opération ?

  • Sports pratiqués

Si vous pratiquez un sport de pivot (ski, tennis, football, basket, handball etc), l’opération est vivement conseillée.

Si vous pratiquez un sport tel que le vélo ou la natation, votre genou sera moins sollicité en rotation. Le risque d’instabilité est donc moins élevé. Un traitement fonctionnel (rééducation sans opération chirurgicale) peut suffire.

  • L’importance de la laxité

Chez certaines personnes, une rupture de ligament croisé n’engendre que très peu d’instabilité car le genou reste bien maintenu par d’autres structures anatomiques. Pour eux, l’opération peut être remise en cause. 

Le test GNRB permet de quantifier cette instabilité.

  • L’âge

Un genou instable va s’user plus rapidement au fil des années. C’est pourquoi l’opération est vivement conseillée chez un sujet de moins de 30 ans. Après 50 ans, la décision d’opérer est moins systématique.

  • Les lésions associées

Si le ménisque est lésé en plus de la rupture du ligament croisé, alors l’opération est plus vivement conseillée. En fonction du type de lésion, il peut être intéressant de ne pas trop attendre pour opérer.

En résumé, chacun de ces quatre paramètres doivent être pris en compte pour décider ou non de se faire opérer. N’hésitez pas à consulter plusieurs avis de spécialistes pour prendre une décision. Encore une fois, pas de précipitation !

Rupture du ligament croisé : que faut-il faire ?

  • Si vous ne désirez pas vous faire opérer, vous devez pratiquer une rééducation sérieuse pour stabiliser l’articulation grâce au système musculaire. Des exercices de renforcement, de proprioception vous seront donnés. La rééducation permet de pallier à l’instabilité ligamentaire.
  • Si vous prévoyez de vous faire opérer, vous devez également pratiquer une rééducation pré opératoire pour placer le genou dans des conditions optimums de récupération. Les suites post-opératoires seront alors facilitées. Le traitement aura pour objectif de retrouver une articulation indolore, souple, parfaitement mobile et la plus stable possible avant l’opération. Les muscles de la hanche, de la cuisse et du mollet seront renforcés.